TouZazimut. Les sept vies d'Hervé Frumy

PARTAGER
 
Image principale
Affiche de l'exposition
Adresse exposition

Centre du graphisme
1 Place de la Libération
Échirolles 38130
France

04 76 23 64 65
Du 9 avril 2021
au 27 juin 2021

Hervé Frumy, crée son atelier de design graphique à Grenoble, en 11984, après une brève carrière d’ingénieur agronome.

A-t-il gardé de ce passé technique le goût de la construction raisonnée ?

Le fait est que le métier de designer graphique convient parfaitement à ce scénographe de la vie. Moitié ingénieur par son approche technique, moitié artiste par l’imaginaire créatif.

Hervé Frumy sait par la raison trouver la solution plastique au problème de communication, de signalétique, ou d’aménagement d’espace qui lui est posé. C’est la définition même du métier de designer graphique.

Chacune de ses réalisations se distinguent par la délicatesse de son style. Une sorte d’aisance courtoise qui rend proche et facile ce qui ne l’est pas forcément. Pensons à ses scénographies et signalétiques de bâtiments : le figure de l’arbre résonne comme un rappel aux racines le guide dans sa proposition pour la Maison de retraite La clairière de Tarare.

Pour le centre hospitalier de Haute-Saône à Vesoul, il propose de baptiser chacun des trois bâtiments d’un élément naturel : l’eau, l’air, la terre. Les 428 chambres sont ensuite indiquées par 428 animaux, dont les dessins recomposent un bestiaire du XIXeme siècle.

La même élégance s’impose au regard qu’il s’agisse d’un centre hospitalier, de la zone d’activité Politec de Grenoble, de la signalétique du Col du Mont-Cenis, des totems routiers de la Métropole grenobloise… Et pour parler de ses créations les plus récentes, le parc Simone Lagrange à Le Pont de Claix qui nous fera toucher des yeux la distance qui sépare la terre des principales planètes de notre univers, ou la signalétique des abris-bus de la Métropole sont bien dans la même veine.

Sans doute ce rapport fructueux entre technicité et poésie, cette ingéniosité poétique séduit-elle depuis plusieurs décennies ses principaux commanditaires dont le Musée Dauphinois est le plus bel exemple ?

Responsable de l’image graphique de l’institution départementale il la décline depuis près de 30 ans sur la scénographie des bâtiments, la signalétique extérieure et intérieure, les publications, les affiches…

Il imprime ainsi sa marque à l’image de marque de l’institution : celle de l’humaniste contemporain.

Avez-vous remarqué que l’humain est toujours (de rares exceptions confirment la règle) le motif central de ses affiches ? Ses personnages sont des funambules de la vie, en équilibre entre deux mondes : le réel et l’imaginaire. Quand l’humain s’absente de ses réalisations, la nature souligne cette absence rappelant que nous ne serions rien sans elle.

Si l’humain et la nature disparaissaient de son inspiration, si le figuratif disparaissait de ses œuvres, il resterait dans ses peintures abstraites la poésie à l’état pur.

Vernissage de l'exposition le jeudi 08 avril 2021 à 18h30.

Accessible en fauteuil roulant